Non classé

Honorer la mère

2019 je reviens d’une semaine de formation auprès de doulas et j’ai noté quelques lignes que j’ai envie de partager aujourd’hui avec vous…

Je reviens remplie d’amour, nourrie, reliée et reconnue en tant que femme et mère.

Les larmes ont coulées. Pas des larmes de surface, les larmes qui viennent des profondeurs, là où se trouve le trésor de l’humanité: la vulnérabilité.

Ce qui était enfouit trouve ici un espace pour être entendu, accueilli.

J’ai porté la vie trois fois. J’ai mis au monde trois bébés. J’ai materné trois enfants. Les femmes enfantent et élèvent depuis toujours, c’est aussi banal qu’extraordinaire. Ces moments de ma vie de femme et de mère sont faits de grâce, de doutes et d’ambivalence aussi parfois.

J’ai allaité, veillé, bercé, porté en moi puis contre moi, des heures, des mois, cajolé, consolé, nourri, baigné, pris soin encore et encore, répété les gestes, les mots mille fois, au delà de ce que je savais possible.

J’ai veillé à leur sécurité physique, émotionnelle, affective.

Je les accompagne depuis leur naissance à être ce qu’ils sont, en faisant de mon mieux, avec ma fatigue, mes limites, mes hauts, mes bas, mes émotions, mon humanité, mon besoin d’espace, de silence, de soutien, de reconnaissance.

Je croyais me connaître en réalité je ne savais presque rien de moi avant d’être mère. Je ne connaissais pas mes forces, ma puissance, mes ressources, mon courage, mon engagement, mes trésors personnels avant eux.

Je m’engage à m’honorer. A honorer la femme, la mère que je suis. Honorer et valoriser ma présence et chaque geste minuscule fait avec amour, qui accolé à un autre, puis un autre encore et encore compose la vie quotidienne, ordinaire, extraordinaire.

Le bonheur se trouve dans le regard que je porte sur la vie, sur mes enfants, sur moi, sur les mères, les pères, enfants de demain, sur ce que je n’ai de cesse de donner.

Mon bonheur se trouve dans leurs cous, l’odeur de leurs cheveux, leurs sourires, leurs je t’aime, les miens, leurs premières fois, leurs colères, mes larmes, mon impuissance et mon désespoir que j’accueille, dans leurs dessins, la rondeur de leurs joues, leur petite main dans la grande mienne, leur besoin d’être collés à moi, le frigo qui se vide aussi vite que la panière de linge se remplit.

J’offre à ma famille ce que j’ai de plus précieux: mon amour et mon temps.

Les mères sont grandioses. Nous manifestons le nouveau paradigme par notre présence, par chacun de nos gestes, par la reconnaissance de notre puissance que nous nous offrons mutuellement entre femmes (mères ou non) et qui rayonne au delà de nous. Cette écoute active et cet accueil qui transmutent sont de précieux cadeaux. Nous n’avons pas besoin de conseils non sollicités pour aimer, nous avons besoin d’être entendues, valorisées dans nos compétences, honorées, respectées.

Femmes, mères, nous semons les graines d’un monde nouveau qui fleurissent dans les cœurs et les consciences, à commencer par les nôtres.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s